Gérer durablement la ressource en eau

Dans le cadre de la loi NOTRe, les communautés de communes travaillent à la prise de compétence eau et assainissement. La gestion durable des ressources en eau dépassant les seules limites des intercommunalités, le Département porte en complément une réflexion à l’échelle de l'Aude. Ainsi les missions mutualisables en matière de production et de gestion de la ressource en eau ont été identifiées dans la perspective de créer un futur syndicat mixte départemental.

Un syndicat mixte départemental pour sécuriser la ressource en eau

La nécessaire mutualisation des missions liées à la production et la gestion de la ressource en eau a permis la création d’un syndicat mixte fermé ayant vocation à devenir départemental par intégration de nouveaux périmètres au fur et à mesure de la prise de compétences des Etablissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre audois (Limouxin, Haute Vallée de l’Aude, et Lézignanais – Corbières-Salanque-Méditerranée).

Dès 2020, cette structure baptisée RéSEau 11 (Réseau Solidarité Eau 11) sera opérationnelle pour porter des dossiers de sécurisation de la ressource, en lien avec la Stratégie départementale pour l’eau adoptée en session plénière le 10 juillet 2019.

Schéma directeur de valorisation agricole de l'eau brute et adaptation au changement climatique

Le Département a lancé une étude pour la définition d'un schéma directeur de valorisation agricole de l'eau brute et adaptation au changement climatique. Cette étude a pour objectif d'équilibrer les besoins en eau de l’agriculture actuels et à l'horizon 2030. Elle prend en compte :

  • Les ressources locales disponibles
  • Les équilibres quantitatifs inscrits au Plan de gestion de la ressource en eau de l’Aude et de la Berre
  • Le développement des ressources nouvelles (Aqua Domitia, retenues d'irrigation, mobilisation de ressources souterraines, réutilisation des eaux usées)

Une déclinaison pré-opérationnelle du principe de compensation généralisée des prélèvements d’eau et une nouvelle écriture de la doctrine départementale d’irrigation agricole seront alors soumises à la validation du Comité départemental de l’eau. La restitution des résultats de cette étude aux acteurs agricoles s'est achevée à l'été 2019. 

Elle porte les fondements du développement hydraulique agricole et les éléments de résilience du territoire audois au changement climatique, décliné à travers l’accompagnement de projets de création de ressources, ou de nouveau projets hydrauliques éligibles au FEADER, 2020 étant la dernière année de programmation de l’actuel Programme de développement rural (PDR) d'Occitanie.

Définir des zones de sauvegarde  

Enfin, l'étude pour la définition de zones de sauvegarde AEP sur le secteur du Karst de l'Alaric a été restituée au premier semestre 2019. Elle a débouché sur la proposition d’un périmètre à enjeu patrimonial pour la préservation des besoins futurs en eau potable du territoire. Des propositions d’actions de préservations et de maîtrise d’ouvrage ont été faites aux décideurs locaux, et des pistes de reconnaissances hydrogéologiques pourront dès 2020 être proposées afin de mieux appréhender le potentiel de ces ressources, leur disponibilité, leur capacité de renouvellement et leur degré de sécurité.

Le Département porte assistance aux collectivités en matière de gestion de l’eau

Le Département apporte également son assistance aux collectivités pour garantir une ressource en eau de qualité, que ce soit pour l’alimentation en eau potable ou pour l’épuration des eaux usées avant rejet en milieu naturel :

  • La protection des captages : 48 visites de captages et d’équipements pour l’eau potable
  • La recherche de fuites d'eau : 34 interventions en 2018 (86 en 2017, et 70 en 2016), 30 en 2019
  • La  vérification des systèmes d’assainissement : 730 visites de stations d’épuration (570 en 2017 et 700 en 2016) en 2018. Idem pour 2019
  • Plus de 60 réunions d’assistances à la programmation de travaux dans le domaine de l’eau potable et de l’assainissement (une cinquantaine en 2017) en lien avec l'agence technique départementale (ATD 11), en lien notamment avec la logique de reconstruction consécutive aux inondations d'octobre 2018
  • L’attribution de subventions aux communes pour un montant de 3,7 M€ en 2018, portée à 775 M€ suite aux inondations d'octobre 2018