Transition énergétique

André Viola plaide à Bruxelles pour "la sobriété énergétique"

ANDRE VIOLA rapporteur de la révision de la directive européenne sur la performance énergétique des bâtiments.
© DR

Devenu vice-président du Comité européen des Régions à Bruxelles, le conseiller départemental André Viola vient de proposer une révision de la directive européenne sur la performance énergétique des bâtiments. Présenté la semaine dernière en réunion plénière, l'ensemble des amendements proposés ont été adoptés dans la foulée.

Publié le

La meilleure des énergies est celle que l'on ne consomme pas.

"La meilleure des énergies est celle que l'on ne consomme pas." Vice-président du Comité européen des Régions (CoR), André Viola, conseiller départemental, a été rapporteur, la semaine dernière à Bruxelles, de la révision de la directive européenne sur la performance énergétique des bâtiments. Un document, co-élaboré avec une experte en la manière, anciennement membre du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) de l'Onu, qui propose un certain nombre d'amendements au projet d'acte juridique européen. Avec, pour "volonté politique, de faire aboutir la décarbonisation de l'ensemble du parc immobilier européen d'ici 2050".

Objectif : zéro émission à l'horizon 2050

Une ambition forte tout autant qu'indispensable, alors que l'urgence climatique a pris un nouveau virage avec les problèmes d'approvisionnement énergétiques consécutifs au conflit en Ukraine. Une ambition qui suppose, comme l'affirme l'élu, "l'implication des pouvoirs locaux et des citoyens", évoquant la nécessaire rénovation énergétique des bâtiments "qu'il faut accélérer et rendre plus efficace, en consommant moins".

Les amendements formulés par André Viola vont dans ce sens et au-delà, puisque l'objectif affiché est de "zéro émission à l'horizon 2050". Une perspective qui peut faire peur, aux propriétaires de logements comme aux élus locaux. Voilà pourquoi le rapport présenté par André Viola liste toute une série de mécanismes de rénovation et d'accompagnements qui devraient aider les différents acteurs des pays membres de l'Union européenne à y parvenir.

  • Accompagnement des collectivités territoriales
  • Accompagnement financier
  • Accompagnement en ressources humaines
  • Mise en place d'une estimation obligatoire du coût énergétique de tout nouveau bâtiment sur tout le cycle de construction

C'est notre dernière chance de bien faire les choses.

La sobriété énergétique ne pourra se faire qu'avec "une prise de conscience collective et des changements profonds des habitudes de consommation, ainsi que de la formation. C'est notre dernière chance de bien faire les choses", a averti André Viola. Une parole qui semble avoir été entendue puisque le rapport a été adopté en réunion plénière. Il devra maintenant être présenté devant le parlement européen puis le commissaire européen à l'énergie avant d'être pris en compte dans les règlementations nationales.